Catégories
Uncategorized

Revue adventiste en ligne Histoires de donateurs fidèles


Les adventistes d’Amérique du Nord partagent leurs expériences en donnant du temps aux besoins.

Dieu est fidèle

Je serais toujours ravi d’aider ma mère à compter l’argent de la vente de sa petite entreprise. J’avais environ 7 ans, et la première chose que ma mère m’a apprise lorsque j’ai compté l’argent était de faire une liste des valeurs monétaires de tous les éléments investis ce jour-là, puis les fonds restants étaient des revenus.

La première chose qui s’est détachée des revenus était une part de 20 pour cent (un dixième de dixième et une offre locale de 10 pour cent). C’était notre routine quotidienne. Maintenant ma mère a 74 ans et j’en ai 47. Nous essayons tous les deux de suivre le même principe. Dix pour cent de mes gains sont ma dîme que je donne au Seigneur et 10 pour cent de mon offrande d’église locale.

Mon mari travaille comme physiothérapeute auprès de patients atteints de paralysie cérébrale. Lorsque la pandémie de COVID-19 a commencé, la société pour laquelle il travaille lui a dit qu’il devrait utiliser son congé de maladie, son congé de maladie prolongé et ses heures de repos pour être payé car il ne pouvait pas continuer à rendre visite aux patients à cause du refuge – d’accord. Nous avons revu ses heures et il avait assez d’heures pour payer le 15 avril.

J’ai été tenté de garder 10 pour cent dans notre église; cependant, après la prière, j’ai décidé de continuer à rendre la dîme de Dieu et de retourner dans mon église locale. La même semaine après cette décision, mon mari a reçu un appel de son lieu de travail indiquant que l’entreprise les paierait avant le 30 avril sans utiliser de congé de maladie, de congé de maladie prolongé ou de vacances.

Une semaine plus tard, mon mari a reçu un e-mail pour qu’il puisse commencer à travailler à distance afin que les patients puissent au moins faire de l’exercice avec l’aide d’un membre de la famille.

Plus d’un mois plus tard, nous étions tous les deux bénis. Nous avons un toit, de l’eau, de la nourriture. Mieux encore, je pense que mon église sera également en mesure de payer les services publics qui seront prêts à ouvrir chaque fois que l’abri sera retiré.

«Jetant sur lui tous vos soucis, car il prend soin de vous» (1 Pierre 5: 7). Dieu est fidèle et le sera toujours. Pourquoi ne devrais-je pas lui être fidèle?

– Membre de « America », Fresno Remains of the Seventh-day Adventist Church, Californie

Plus que l’aspect pratique

J’ai utilisé AdventistGiving [online service] depuis plus d’un an, sans y prêter beaucoup d’attention. C’était juste une autre commodité que je tenais pour acquise. Cependant, avec la nouvelle réalité de la pandémie de COVID-19 et le décret sur le site du refuge pris par le maire d’Atlanta, la plateforme AdventistGiving a été une véritable bénédiction – même celle que ma mère de 90 ans hésite à donner une chance!

Il s’agit d’un processus personnalisé par l’utilisateur avec une sécurité intégrée. Il couvre tous les domaines de don et énumère d’autres domaines qui ne sont (pour la plupart) pas connus, ce qui peut encourager des opportunités supplémentaires. Il calcule et additionne automatiquement le montant total donné. Enfin, il permet une réception immédiate, les fonds étant correctement liés à une église ou à un lieu spécifique. Non seulement la commodité, mais la bonne réponse qui permet un don sûr et cohérent.

– Currine Harris, membre de l’Église adventiste du septième jour d’Atlanta-Berean, Atlanta, Géorgie

Lié au don

La plateforme AdventistGiving a été utile aux membres, aux trésoriers locaux et aux administrateurs de la conférence. Les principaux avantages sont la praticité, la précision et le temps.

Les membres peuvent choisir quand, où, combien et où verser des contributions.

Ceux qui contribuent vont sur le site Web de leur église, cliquent sur AdventistGiving et donnent leurs préférences pour les contributions. Cette interaction directe sans «intermédiaires» réduit l’erreur.

L’opération prend généralement quelques secondes – littéralement. Cela permet également de gagner du temps car les caissiers locaux n’ont pas besoin de faire bouillir à nouveau les données.

Avec la crise du COVID-19 et la distanciation sociale, le mécanisme AdventistGiving est de plus en plus utilisé. Les membres sont connectés en donnant localement et globalement. Nos membres restent fidèles à la cause de Dieu.

– Melvin Constant, membre, Église adventiste New Hope, Ellenwood, Géorgie

Il fournira

Dès que des fonds sont mis sur mon compte et que je vérifie le chèque, je retourne la dîme à Dieu et fais une offre je sur les fonds de projets de construction. Contrairement à certains, je ne suis pas assez discipliné pour laisser des fonds sur mon compte jusqu’à ce que la porte de l’église s’ouvre à nouveau, alors je donne en ligne.

Je compte sur les promesses de Dieu. Rendre la dîme dès que l’argent arrive sur mon compte, je dois lui faire confiance pour s’occuper de tout ce qui pourrait disparaître. J’attends toujours que Dieu réponde à mes prières, et il attend de moi que je donne aussi librement qu’il me le donne.

Notre chauffe-eau a récemment cessé de fonctionner. Nous ne savions pas ce qui n’allait pas. Le pilote était toujours impliqué. Une visite chez un réparateur coûterait 100 $. Nous n’avions pas d’argent à épargner. J’ai prié. Mon mari s’est souvenu qu’il avait un ami plombier, et le lendemain matin, il est venu me chercher. Il appuya sur un bouton et l’eau chaude continua. Bien que nous devions peut-être acheter un chauffe-eau, Dieu nous a épargné le coût à ce stade. Je suis sûr que le moment venu, il fournira.

«De plus, les intendants doivent être fidèles» (1 Cor. 4: 2, NKVD). Donner par Internet m’aide à garder le désir d’être fidèle à Dieu en toutes circonstances.

– Ortrene Gordon, Conférence de l’Atlantique Sud

Vieille école

Je suis «vieille école». J’aime rédiger un chèque et le mettre dans la plaque d’offre. Mais avec la fermeture de nos églises, c’est un peu plus difficile à faire!

Avec les encouragements de ma femme, je suis entré dans le XXIe siècle. Je retourne la dîme et les offrandes à mon église par AdventistGiving et je continuerai de le faire lorsque nos églises rouvriront. C’est si simple! Cela facilite également le travail de mon trésorier local.

Je continuerai à mettre les offrandes dans la nouvelle assiette lorsque nos églises seront autorisées à rouvrir, mais ce sera pour le nouveau jour. Je crois qu’en tant que pasteur – depuis près de 43 ans – et en tant que directeur de la direction de la conférence locale, un leadership exemplaire est important.

– Vialo Weis Jr., Conférence de l’Indiana

Salutations et dons en ligne

Pour les pasteurs Phil et Jan White de l’église adventiste de Simi Valley dans le sud de la Californie, la transition des services religieux réguliers à la diffusion en direct et aux dons en ligne était imperceptible. Avant la pandémie, l’église fournissait des services de diffusion en direct et utilisait AdventistGiving en ligne depuis huit ans. «Un petit pourcentage de membres ont déjà utilisé adventistgiving.org pour plus de commodité», a déclaré le pasteur local Phil White. « Et maintenant, environ 50 pour cent de notre famille d’église utilise le service. »

L’église n’a jamais eu plus d’argent dans son «fonds d’amour» auparavant. «Les membres veulent aider leurs frères et sœurs de l’église qui sont blessés et qui ont des difficultés financières», a déclaré White.

Les Blancs ont proposé de faire l’épicerie et d’accepter les besoins non seulement de leurs membres âgés et les plus vulnérables, mais aussi de chaque membre individuel de l’église. Bien que les dons en ligne aient été encouragés, les bergers ont proposé de collecter les dîmes et les offrandes sur le porche. Ils ont livré des produits d’épicerie, pris des médicaments et refusé des cartes-cadeaux pour ceux qui avaient perdu leur emploi.

Le premier samedi de mai, les pasteurs Phil et Jan ont commencé une «salutation de la promenade» 30 minutes après le culte en direct. Au cours de la première semaine, 20 personnes se sont présentées dans leur voiture. Les pasteurs les ont salués, ont prié avec eux et ont partagé du matériel scolaire du sabbat pour les adultes et les enfants.

Cette église locale a appris à prospérer dans une pandémie – avec gratitude et humilité.

—Connie Vandeman Jeffery, Pacific Union Conference

le version originale ces histoires ont été publiées dans la Division nord-américaine nouvelles.


Nous nous réservons le droit d’approuver et de désapprouver les commentaires en conséquence et ne serons pas en mesure de répondre aux demandes de renseignements à cet égard. Nous demandons à tous les commentaires d’être respectueux et gentils envers les auteurs et les autres lecteurs.





Source link