Catégories
Uncategorized

traitement des eaux usées secondaire


Après les processus de traitement primaire, les eaux usées sont acheminées vers la phase de traitement secondaire. Idéalement, toute cette phase est réalisée dans le Traitement secondaire des eaux uséescomposant de boues activées de la station d’épuration, également appelé bassin d’aération. Le bassin d’aération est une zone où le contenu biologique des eaux usées est dégradé à l’aide de processus biologiques, ce qui réduit par la suite la DBO (demande biochimique en oxygène). Le contenu des réservoirs d’aération est communément appelé «solides en suspension de liqueur mixte» (MLSS) ou boues activées. Les boues activées convertissent les polluants organiques des eaux usées en produits oxydés qui se déposent sur les clarificateurs secondaires. L’ensemble du processus comprend différentes étapes de décomposition, au cours desquelles les micro-organismes et les eaux usées sont mélangés, aérés et maintenus en suspension. Les eaux usées brutes peuvent être introduites à divers endroits et être aérées et mélangées pour des durées et des intensités variables.

Le mécanisme du processus de traitement des eaux usées secondaires

Le traitement secondaire induit et accélère la croissance de bactéries hétérotrophes aérobies, de champignons et de protozoaires dans les eaux usées, de sorte qu’elles décomposent la composante organique dissoute et les autres composants biologiques des eaux usées. La croissance de ces micro-organismes incorpore de nouvelles cellules microbiennes (biomasse) dans les composés organiques des eaux usées, à la suite desquelles, ils se déposent sous forme de suspensions, appelées boues. Il est extrêmement crucial de maintenir l’ensemble du système ou le réservoir hautement aéré pour que les micro-organismes effectuent le processus de dégradation.

Première phase du traitement secondaire

Pendant la première phase du traitement secondaire des eaux usées, les eaux usées sont transférées vers des digesteurs aérobies où un niveau élevé d’oxygène dissous est maintenu à l’aide de grosses pompes. Dans ce lit d’oxygène, les eaux usées sont continuellement circulées à travers des filtres ruisselants logés dans des « biotours » ou des « unités de croissance activées ». Ces unités de croissance activées sont empilées avec des lattes de séquoia qui agissent comme des substrats pour la fixation et la croissance de couches de micro-organismes aérobies ou hétérotrophes. Pour améliorer les conditions aérobies, les eaux usées liquides sont pulvérisées sur les lattes. Progressivement, les composés organiques sont décomposés au fur et à mesure que les eaux usées coulent devant les microbes qui se développent sur les lattes. Après la dégradation biologique des microbes, la portion d’eau clarifiée des eaux usées est renvoyée vers le bassin d’aération. Il traverse la tour et rentre dans le réservoir d’aération d’où il est renvoyé à travers les tours pour plus de précisions. Finalement, les populations microbiennes dans le bassin d’aération augmentent; ce qui peut être vu par l’apparition de mousse sur la surface. Avec l’augmentation du nombre de composés microbiologiques, les cellules des composés biologiques dans les eaux usées commencent à s’agglutiner pour former des boues (activées) qui se déposent hors de la suspension.

Deuxième phase du traitement secondaire
Traitement secondaire des eaux usées
Après cela, commence la deuxième phase du traitement secondaire qui est effectuée dans des réservoirs de sédimentation postsecondaires. L’eau clarifiée, parfois aussi appelée effluent clarifié, est envoyée dans les bassins de sédimentation postsecondaires où elle est laissée reposer une nouvelle fois. Une fois que le tassement souhaité est obtenu, la surface du réservoir est lentement balayée par une écumoire pour éliminer la croissance de surface sur les matières organiques résiduelles, ce qui fait qu’une partie des boues en suspension est collectée au fond. Les boues collectées dans chacun des bassins de sédimentation sont combinées et traitées par des processus de digestion anaérobie dans les digesteurs anaérobies. Ces digesteurs sont chauffés à 35-38 ° C pour maintenir une communauté diversifiée de bactéries à des densités de 109 à 1010 cellules par ml. Ici, les micro-organismes décomposent les composés organiques complexes des boues collectées en méthane ou gaz « naturel ». Ce gaz est collecté dans une grande structure gonflable où il est en outre combiné avec du méthane commercial et utilisé pour chauffer les digesteurs.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.