Catégories
Uncategorized

Traitement des eaux urbaines résiduaires en Europe – Agence européenne pour l’environnement


Quelle est l’efficacité des politiques visant à améliorer le traitement des eaux usées urbaines pour réduire les rejets de nutriments et de matières organiques dans les eaux de surface en Europe?

Changements dans le traitement des eaux urbaines résiduaires en Europe

Changements dans le traitement des eaux usées urbaines dans les pays d’Europe du Nord

Changements dans le traitement des eaux urbaines résiduaires en Europe centrale

Changements dans le traitement des eaux usées urbaines dans le sud de l’Europe

Changements dans le traitement des eaux urbaines résiduaires en Europe de l’Est

Changements dans le traitement des eaux usées urbaines en Europe du Sud-Est

Changements dans le traitement des eaux urbaines résiduaires dans les Balkans occidentaux

Le traitement des eaux usées urbaines de nos maisons et lieux de travail est fondamental pour assurer la santé publique et la qualité de l’environnement. L’objectif principal de la directive sur le traitement des eaux urbaines résiduaires (UWWT) (91/271 / CEE) et de la législation nationale équivalente pour les pays tiers est de protéger les eaux de surface contre les effets néfastes des rejets d’eaux usées, tels que la pollution organique, le développement associé de bactéries et de champignons et l’appauvrissement en oxygène, qui dégradent la vie aquatique. Cet objectif est atteint grâce à la collecte et au traitement des eaux usées dans les établissements et les zones d’activité économique (agglomérations) avec un équivalent de population (EH) de plus de 2 000. Dans la plupart des cas, la directive UWWT stipule que les eaux usées doivent être soumises à des (traitement secondaire), mais dans les bassins versants aux eaux particulièrement sensibles, comme ceux souffrant d’eutrophisation, un traitement tertiaire des eaux usées plus strict peut être nécessaire pour réduire considérablement la pollution par l’azote et le phosphore.

L’installation d’installations de traitement des eaux usées nécessite d’abord la mise en place d’un système de collecte des eaux usées, puis la mise à disposition d’installations de traitement des eaux usées collectées. Lorsqu’une faible proportion d’une population est raccordée aux installations de traitement des eaux usées, cela peut être dû à un manque de ressources financières (ou de priorité) pour fournir les services d’assainissement ou à une forte proportion de la population vivant en dehors des agglomérations. Dans ce dernier cas, où les gens vivent dans des communautés dispersées, les systèmes d’assainissement individuels peuvent être la solution la plus réalisable. De tels systèmes peuvent fournir des efficacités de traitement similaires à celles des grandes usines de traitement des eaux usées urbaines.

Les indicateurs utilisés dans cette évaluation pour mesurer les charges rejetées de matière organique et de nutriments des stations d’épuration des eaux urbaines résiduaires vers les eaux de surface européennes sont:

  1. le pourcentage de la population nationale raccordé aux installations de traitement des eaux usées;
  2. le pourcentage de la population nationale raccordé aux installations de traitement tertiaire des eaux usées.

Par rapport aux versions antérieures de cet indicateur, certains changements dans les données historiques ont été inclus en raison des corrections apportées par les pays dans l’ensemble de données d’Eurostat.

  1. Le pourcentage de la population nationale raccordé aux installations de traitement des eaux usées urbaines

Dans les pays d’Europe centrale, le taux global de raccordement au traitement des eaux usées urbaines était élevé, de 97% (Autriche, Belgique, Danemark, Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas, Suisse et Royaume-Uni) en 2015 (figure 1). Le taux est légèrement inférieur dans les pays du Nord, à 86% (Finlande, Islande, Norvège et Suède).

Les taux de connexion dans les pays de l’est, du sud et du sud-est sont similaires:

  • 75% de la population des pays d’Europe orientale (République tchèque, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne et Slovénie);
  • 77% de la population des pays du sud de l’Europe (Grèce, Italie, Malte et Espagne);
  • 78% de la population des pays du sud-est (Bulgarie, Roumanie et Turquie).

Remarques:

1. Ces statistiques sont influencées par les pays à forte population; par exemple, la Suède et la Pologne représentent respectivement environ la moitié de la population totale des régions du nord et de l’est, tandis que la Turquie représente environ 70% de la population totale de la région du sud-est.

2. Certains pays pour lesquels les données sont présentées dans les figures 2 à 8 ne sont pas représentés dans la figure 1, en raison de lacunes de plus de 9 ans dans les données déclarées.

2. Le pourcentage de la population nationale raccordé aux installations tertiaires de traitement des eaux urbaines résiduaires

Plus de 77% de la population du nord et du centre de l’Europe est raccordée à une station d’épuration des eaux urbaines résiduaires qui met en œuvre un traitement tertiaire, empêchant des quantités importantes de nutriments et de matière organique d’atteindre les eaux de surface. Les eaux usées générées par plus de la moitié de la population du sud et par plus de 60% de la population d’Europe de l’est reçoivent un traitement tertiaire. Dans les pays du centre et du sud, ce pourcentage a augmenté entre 1995 et 2015 (de 47% à 80% en Europe centrale et de 15% à 53% en Europe du sud), tandis que pour les pays de l’est, le pourcentage est passé de 36% à 61% entre 2005 et 2015. En Europe du Sud-Est, le pourcentage de la population raccordée aux stations d’épuration avec traitement tertiaire est plus faible, à environ 20% (contre 7% en 2005), 23% de la population de cette région étant connectée au traitement secondaire.

Le calendrier de mise en conformité avec la directive UWWT varie. Pour l’UE-15 (Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, Espagne, Suède et Royaume-Uni), la dernière date pour se conformer pleinement à la directive était le 31 décembre 2005. Pour les nouveaux États membres (à savoir l’UE-13) d’Europe centrale et orientale et de la Méditerranée, des périodes de transition par étapes ont été fixées dans les traités d’adhésion. En principe, ces périodes de transition ne se sont pas prolongées au-delà de 2015. Cependant, en Roumanie, les petites agglomérations (avec moins de 10 000 EH) devraient se conformer à la directive d’ici la fin de 2018. La Croatie, en tant que nouvel État membre de l’UE, a une transition différente périodes, de 2018 à 2023.

Évaluation régionale spécifique

Europe du Nord (figure 2): le taux de connexion est compris entre 80 et 90% environ en Finlande, en Islande, Norvège et Suède. Dans le cas de la Finlande et de la Suède, le traitement est presque entièrement au niveau tertiaire. En Norvège, environ 20% des eaux usées urbaines connectées ne reçoivent qu’un traitement primaire, tandis qu’en Islande, la majorité des eaux usées urbaines collectées ne reçoivent qu’un traitement primaire ou ne sont pas traitées. L’évolution du taux de la population nationale raccordée aux stations d’épuration des eaux usées urbaines semble stable, la légère augmentation de la proportion de patients bénéficiant d’un traitement tertiaire en Norvège étant le principal changement de ces dernières années.

Europe centrale (figure 3): pays L’Europe centrale a certains des taux de connexion globaux les plus élevés d’Europe – plus de 90% de la population est connectée dans tous les pays autres que l’Irlande. La proportion de la population liée au traitement tertiaire varie de 80 à 99% en Autriche, au Danemark, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Suisse. Traitement tertiaire les taux de connexion parmi ce groupe de pays étaient les plus bas pour l’Irlande (18% de la population liée à un traitement tertiaire).

Europe du Sud (figure 4): le pourcentage global de la population raccordée au traitement des eaux usées urbaines varie de 30 à 99%. Le taux est supérieur à 90% en Grèce, à Malte et en Espagne. Le traitement tertiaire est le plus répandu en Grèce (89%), suivi par la France et l’Espagne, avec 60 à 70% des eaux usées urbaines recevant ce niveau élevé de traitement. Il y a eu une amélioration significative des installations de traitement dans ces pays entre 2005 et 2010. À Chypre, à Malte et au Portugal, le pourcentage de la population liée au traitement tertiaire est inférieur à 20%. De plus, le Portugal a indiqué que plus de 10% de la population est connectée aux systèmes de collecte sans traitement.

Europe de l’Est (figure 5): la proportion globale de la population raccordée au traitement des eaux usées urbaines variait de 70 à 85% (à l’exception de la Slovaquie) en 2015. Plus de 70% de la population en République tchèque et en Estonie est raccordée au traitement tertiaire, tandis que la Hongrie, la Lituanie et la Pologne a signalé un taux de connexion au traitement tertiaire de 59 à 65%. En Lettonie, le taux de connexion au traitement tertiaire est plus faible, à environ 17%, et en Slovénie, environ 27% de la population est connectée au traitement tertiaire. La Slovaquie a indiqué que 65% de la population était raccordée à des systèmes de collecte et de traitement des eaux usées urbaines en 2015.

Europe du Sud-Est (figure 6): le pourcentage de la population raccordée aux stations d’épuration des eaux urbaines urbaines varie de 48 à 87%. En Bulgarie et en Roumanie, environ la moitié du traitement est tertiaire, tandis qu’en Croatie et en Turquie, le traitement primaire ou secondaire prévaut. Un peu moins d’un quart de la population turque est connectée à des systèmes de collecte sans traitement, mais la disponibilité et le niveau de traitement ont progressé régulièrement depuis 1995. Bien qu’il y ait eu une augmentation significative de la disponibilité des traitements en Croatie entre 2005 et 2012, il y a eu des progrès limités dans la connexion des populations au traitement des eaux usées en Bulgarie et en Roumanie depuis 2005.

Balkans occidentaux (figure 7): où il est collecté dans les Balkans occidentaux, les déchets urbains l’eau est principalement collectée sans traitement. Le pourcentage global de la population raccordée aux stations d’épuration des eaux urbaines urbaines varie de 35 à 59%, bien que la plupart de ces eaux urbaines résiduaires ne soient pas traitées. En Albanie, toutes les eaux usées collectées reçoivent un certain niveau de traitement, environ la moitié d’entre elles recevant un traitement tertiaire.

La figure 8 résume le type de traitement appliqué dans les usines de traitement des eaux urbaines résiduaires des grandes villes en 2013 ou 2014. Sur la charge totale générée par les grandes villes, 75,4% sont traités pour éliminer l’azote et / ou le phosphore. Une proportion considérable, soit 21,4% de la charge totale, reçoit un traitement secondaire, tandis que 0,9% de la charge totale de toutes les grandes villes ne reçoit qu’un traitement primaire.



Source link