Catégories
Uncategorized

AO Smith Corp. (AOS) Record de résultats T1 2020


Casquette logo avec bulle de pensée.

Source de l’image: The Motley Fool.

AO Smith Corp. (NYSE: AOS)
Appel à résultats au premier trimestre 2020
5 mai 2020,, 10:00 HE

Contenu:

  • Notes préparées
  • Questions et réponses
  • Invitez des participants

Notes préparées:

Opérateur

Mesdames et Messieurs, je vous remercie de votre visite et de saluer la conférence téléphonique des résultats du premier trimestre de A. O. Smith. [Operator Instructions] [Operator Instructions]. [Operator Instructions]

Je voudrais maintenant présenter la conférence à votre conférencière, Mme Ackerman, vice-présidente principale des relations avec les investisseurs et de la responsabilité d’entreprise et de la durabilité et trésorière. Merci, s’il vous plait.

Patricia K. AckermanVice-président principal, Relations avec les investisseurs, trésorier et responsabilité d’entreprise et durabilité

Merci Rosay. Bonjour mesdames et messieurs et bienvenue à la conférence téléphonique des résultats d’A. O. Smith au premier trimestre 2020. Rejoignez-moi aujourd’hui Kevin Wheeler, président et chef de la direction; et Chuck Lauber, directeur financier. Avant de commencer par les remarques de Kevin, je tiens à vous rappeler que certains des commentaires faits lors de cette conférence téléphonique, y compris les réponses à vos questions, feront des déclarations à l’avenir. Ces déclarations prospectives sont soumises à des risques pouvant entraîner des résultats réels sensiblement différents. Ces risques comprennent, entre autres, les problèmes que nous avons décrits dans le communiqué de presse de ce matin. [Operator Instructions]

Je vais maintenant remettre l’invitation à Kevin qui commencera nos remarques préparées sur la diapositive trois.

Kevin J. WheelerPrésident, président et chef de la direction

Merci Pat. Sans aucun doute, ce sont des temps sans précédent. Avec la sécurité et le bien-être de nos employés comme priorité absolue, je suis extrêmement fier de toute notre équipe qui fournit à nos clients un support pour les produits de chauffage central et de purification d’eau dans la lutte contre ce virus. À la suite de la pandémie de COVID-19 et en soutenant la poursuite de nos efforts de production pendant cette période, nous avons pris un certain nombre de mesures importantes, dans certains cas, en suspens dans nos installations de production pour protéger nos employés. Ces étapes comprennent le placement et la reconfiguration des plantes pour maintenir la disponibilité d’un masque de distanciation sociale pour tous les employés qui nettoient en profondeur le nettoyage en quarantaine d’individus avec des tests positifs ou une exposition potentielle au virus pendant 14 jours et restreignant l’accès aux installations, entre autres. Bien que ces étapes entraînent une réduction de l’efficacité de la production, dans certains cas, l’accent est mis sur la sécurité en premier. La plupart de notre personnel de bureau travaille à domicile et a fait un excellent travail pour maintenir la productivité et le soutien aux entreprises.

Alors que les bureaux rouvrent en Chine et rouvriront bientôt dans d’autres pays et aux États-Unis, nous avons mis en place des protocoles de retour au bureau qui incluent la mise à disposition de personnel de bureau par vagues sur une période de deux mois, ce qui rend le nettoyage plus fréquent des zones communes disponible en réhabilitant les stations dans les zones de bureaux. et restreindre l’utilisation des salles de conférence pour les réunions de petits groupes afin de maintenir la distance sociale. Nos connexions à long terme dans de nombreux cas, des décennies et la force de nos partenaires à travers différents canaux, y compris les distributeurs en gros pour les petits produits de vente au détail, les appareils de plomberie et les répliques indépendantes, sont particulièrement importants car nous fournissons des produits de base de chauffage et de purification de l’eau essentiels pour un fonctionnement continu les hôpitaux, les cliniques, les épiceries et bien d’autres, y compris les ménages que beaucoup utilisent maintenant pour faire des affaires et faire des études. Notre équipe de gestion de la chaîne d’approvisionnement mondiale surveille et gère de manière proactive la capacité de fonctionner efficacement et d’identifier les goulots d’étranglement. À ce jour, nous n’avons constaté aucune interruption importante de notre chaîne d’approvisionnement.

Nous avons été impliqués dans la communication continue avec nos partenaires de la chaîne d’approvisionnement pour identifier et atténuer les risques, y compris l’approvisionnement multiple et la gestion des stocks à des niveaux supérieurs. Notre récente mise en œuvre de SAP a fourni des outils de gestion et de visibilité améliorés dans notre chaîne d’approvisionnement. De plus, nous avons amélioré notre flexibilité de production grâce aux projets de normalisation des chaudières des cinq dernières années. La normalisation améliore considérablement notre capacité à déplacer la production d’une usine à une autre en cas de besoin. La stabilité offerte par le composant de remplacement des chauffe-eau domestiques et commerciaux et les besoins des chaudières estimés à 85% du volume américain nous placent dans une position de force alors que nous traversons cette pandémie. Nous estimons que la demande de remplacement en Chine est de 40% à 50%. Bien que nous soyons dans une position de force similaire à celle de 2008 et 2009, nous prévoyons une baisse de la demande pour la plupart de nos produits et une gestion proactive des coûts. Nous avons augmenté les programmes de réduction des coûts en Chine et continuons de surveiller l’environnement nord-américain et la demande des clients pour potentiellement prendre d’autres mesures telles que le programme brésilien et d’autres restructurations. A. O. Smith est dans une situation financière solide avec des flux de trésorerie positifs et un bilan solide.

Je redirigerai l’appel à Chuck qui expliquera en détail notre trésorerie et nos liquidités sur la diapositive quatre.

Charles T. LauberVice-président exécutif et chef des finances

Merci Kevin. Bien qu’O. Smith ait un bilan et une position en capital solides, nous gérons proactivement notre position discrétionnaire de dépenses et d’argent. À cette fin, nous avons suspendu le programme de rachat d’actions à la mi-mars et nous continuons de nous concentrer sur les investissements stratégiques, y compris les nouveaux produits et l’efficacité de la production. Nous avons redéfini les priorités des plans de dépenses en immobilisations pour 2020 et les avons réduits d’environ 20%. En avril, nous avons reconstitué 200 millions de dollars de dividendes en provenance de Chine et retourné 125 millions de dollars aux États-Unis. Au 30 avril 2020, nous disposions d’environ 850 millions de dollars de liquidités constitués d’équivalents de trésorerie, de titres négociables et d’une capacité d’emprunt sur notre instrument de crédit qui reste en 2020 et 2021 expire en décembre 2021. Nous continuons de concentrer nos efforts pour limiter la structure des coûts de nos activités en Chine. Nous avons réduit le nombre d’employés de 20% par rapport à décembre 2018 et nous continuerons d’évaluer la nécessité de nouvelles réductions des effectifs.

Cette année en Chine, nous visons 1 000 fermetures nettes de points de vente, ainsi que de nouvelles réductions des coûts publicitaires et autres. Les économies totales devraient être de 55 millions de dollars, soit une augmentation de 10 millions de dollars par rapport à notre estimation de janvier, dont 30 millions de dollars ont été atteints en 2019. Notre échéance de la dette est illustrée à la diapositive 5. La prochaine échéance majeure est la fin de la prochaine en décembre 2021, à l’expiration de notre instrument de crédit renouvelable. Nous respectons toutes les obligations de notre instrument de crédit. Notre ratio d’impact est de 17,5% de la dette brute et le capital total à la fin de mars était bien inférieur au maximum de 60% dicté par notre crédit et divers allégements à long terme. Je vais commencer à commenter le premier trimestre de la diapositive six. Au premier trimestre 2020, les ventes de 637 millions de dollars ont chuté de 15% par rapport au premier trimestre de 2019. La baisse des ventes est principalement due à une baisse de 56% des ventes de devises nationales en Chine, tirée par la pandémie de COVID-19. En raison de la baisse des ventes en Chine, le bénéfice net du premier trimestre 2020 de 52 millions de dollars et le bénéfice par action de 0,32 $ ont diminué de manière significative par rapport à la même période en 2019.

Passez au curseur 7. Les ventes de notre segment nord-américain de 533 millions de dollars ont augmenté de 2% par rapport au premier trimestre de 2019. Augmentation des ventes de 16 millions de dollars de l’acquisition de Water-Right achetée en avril 2019, croissance organique de 17 % en produits de traitement de l’eau en Amérique du Nord et une plus grande chaudière Les quantités ont augmenté les ventes. Ces facteurs sont partiellement compensés par la combinaison des ventes de chaudières composées de plusieurs modèles électriques qui ont un prix de vente inférieur et une formule de contrat de prix inférieur associée à la portion des ventes de chaudières basée sur des coûts d’acier inférieurs. Les ventes du reste du segment mondial de 110 millions de dollars ont diminué de 53% par rapport au même trimestre de 2019. Les ventes chinoises ont diminué de 56% en monnaie nationale, en raison de la faible demande des consommateurs due à la pandémie. Les stocks de chaînes chinoises ont légèrement diminué par rapport au niveau de fin 2019 et sont restés dans la fourchette de deux à trois mois. Sur la diapositive 8, le bénéfice du segment de 127 millions de dollars en Amérique du Nord était supérieur de 10% au bénéfice du segment au même trimestre de 2019. L’amélioration des bénéfices a entraîné une baisse des coûts de l’acier, des bénéfices supplémentaires de Water-Right et une amélioration des ventes de rentabilité du traitement de l’eau organique qui est partiellement compensé par le mélange de chauffe-eau électriques et la baisse des prix contractuels.

En conséquence, la marge de 23,9% au premier trimestre 2020 s’est améliorée par rapport à 22,2% réalisée à la même période l’an dernier. La perte du reste du monde de 42 millions de dollars a chuté de manière significative par rapport au bénéfice du segment du premier trimestre 2019 de 12 millions de dollars. L’impact négatif sur les bénéfices de la baisse des ventes chinoises et d’une plus grande combinaison de produits à prix moyen qui ont des marges plus faibles ont plus que compensé les avantages et les bénéfices de la baisse des coûts de vente et de vente. En raison de ces facteurs, la marge sectorielle a été négative par rapport à 5,3% au même trimestre de 2019. Nos frais généraux de 15 millions $ et nos intérêts débiteurs de 2 millions $ étaient essentiellement les mêmes que l’an dernier. . Notre taux d’imposition effectif de 23,6% au premier trimestre 2020 était supérieur au taux d’imposition de 20% au premier trimestre 2019, principalement en raison de différences géographiques dans les revenus avant impôts. Activez le curseur neuf. La trésorerie garantie par les opérations d’un montant de 54 millions USD au premier trimestre 2020 était supérieure à 22 millions USD au cours de la même période en 2019 en raison de la baisse des investissements en fonds de roulement, y compris le calendrier de certains paiements incitatifs importants partiellement compensé par la baisse des revenus en par rapport à l’année précédente. Notre liquidité et notre bilan sont restés solides. Nous avions un solde de trésorerie de 552 millions de dollars et notre position nette à la fin de mars était de 209 millions de dollars. Au cours du premier trimestre de 2020, nous avons racheté environ 1,4 million d’actions ordinaires pour un total de 57 millions de dollars.

Je vais maintenant remettre l’invitation à Kevin qui commencera à la diapositive 10.

Kevin J. WheelerPrésident, président et chef de la direction

Merci, Chuck. En avril, nous avons constaté différents niveaux d’impact de la pandémie dans nos principales gammes de produits et nos zones géographiques. En Amérique du Nord, nos commandes quotidiennes moyennes de chauffe-eau ont réduit les chiffres à un chiffre par rapport au rythme du premier trimestre. Les taux moyens de commandes commerciales ont chuté de 30% à 35% en avril. Il est difficile d’interpréter les taux de commande en avril, car les clients sont susceptibles d’ajuster les niveaux de stock lorsqu’ils gèrent leurs investissements en stock. En Chine, la pandémie a considérablement affecté notre ampleur au premier trimestre. 50% de notre volume de ventes a eu lieu avant la fermeture du Nouvel An chinois le 24 janvier. La production de bureaux gouvernementaux, de restaurants et d’écoles est maintenant en grande partie rouverte, et la plupart des installateurs qui peuvent accéder aux appartements en Chine ont vu des améliorations successives des ventes et des commandes en avril par rapport à février et mars. Les consommateurs restent prudents et il est trop tôt pour déterminer quand les consommateurs reviendront à des niveaux normaux dans les environnements de vente au détail. Une partie de l’amélioration pourrait être couverte par la demande.

En Amérique du Nord, la demande de chauffe-eau domestiques est demeurée faible après un hiver chaud. Et nous avons reporté notre programme incitatif pour les achats anticipés dans cet environnement. Notre retard commercial pour la chaudière à condensation a doublé par rapport à l’année dernière, mais certaines commandes ont allongé les délais de livraison. Avec des chantiers de construction fermés dans certains États, il est difficile de prévoir les délais de livraison. La salubrité et l’eau potable sont une priorité absolue pour les consommateurs en ce moment. Le pouvoir de marché ultime pour le traitement de l’eau en Amérique du Nord que nous avons vu au premier trimestre s’est maintenu dans notre portefeuille de produits, qui est effectué directement sur le client et qui fait baisser les prix des produits plus faciles à installer. En avril, nous avions des parties du pays dans certaines parties avec des produits installés utilisés dans la maison. En Inde, nos produits de traitement de l’eau sont considérés comme essentiels. Mais notre usine de fabrication est fermée car le transport des travailleurs est difficile dans cet environnement. Nous pensons que l’environnement actuel ne permet pas de prévoir les performances avec une précision raisonnable. Par conséquent, nous continuons de suspendre nos directives détaillées pour 2020. Alors que la profondeur des perturbations et le rythme de la reprise sur nos marchés finaux deviennent plus clairs, nous revenons à notre pratique de fournir des perspectives pour l’année en cours.

Passez à la diapositive 11. Au Mexique, comme d’autres entreprises, nous avons suspendu les opérations parce que les agences gouvernementales continuent de trier les industries qui sont marquées comme nécessaires et leur permettent de continuer à fonctionner, ainsi que les conditions et les mesures de sécurité en vertu desquelles les entreprises sont jugées essentielles pour être autorisées à faire des affaires. . Nous avons temporairement délocalisé la production du Mexique aux États-Unis afin de réduire l’encombrement de nos clients. Chaque jour, nous nous rapprochons de la compréhension de la reprise de la production et nous pensons que nous serons dans une semaine ou deux et avec un nombre d’occupation et de capacité réduit. Ces taux plus bas, ainsi que les produits américains, devraient soutenir la demande des clients au cours des prochains mois. Notre chaîne d’approvisionnement mondiale est proactive depuis le début du premier trimestre et continue de surveiller et de gérer la disponibilité des composants. Même aujourd’hui, nous avons connu des perturbations minimes dans notre chaîne d’approvisionnement mondiale. Nos plus grands fournisseurs au Mexique, situés dans des pays différents de notre usine de chaudières, sont maintenant rouverts, mais avec une capacité réduite. Bien que les perturbations soient minimes, nous avons connu des niveaux réduits de stocks de sécurité sur des articles individuels, et notre équipe d’approvisionnement est en communication constante avec nos fournisseurs pour réduire les risques opérationnels et gérer les niveaux de stocks.

Nous croyons que la demande de remplacement de chauffe-eau et de chauffe-eau aux États-Unis est d’environ 85%. De 2006 à 2009, qui a atteint le pic de la Grande Récession, il a diminué de 18% grâce aux livraisons industrielles de chauffe-eau domestiques. Cette baisse est principalement attribuable à une baisse de 1,5 million de dollars des maisons neuves. Au cours de cette période, nous avons pu ajuster nos activités pour maintenir les marges. Avec 1,3 million de nouvelles maisons en 2019, nous ne nous attendons pas à ce que l’impact sur la construction de maisons neuves soit aussi important que la Grande Récession. La base de remplacement de nos principaux produits américains fournit le stabilisateur du ralentissement économique attendu au cours des trois derniers trimestres de 2020. Veuillez passer à la diapositive 12. Après avoir fermé en février pendant quelques semaines selon les commandes locales, nos trois installations en Chine sont ouvertes et opérationnelles. Le trafic piétonnier dans notre réseau de vente au détail en Chine est toujours faible et nous construisons sur commande avec des capacités d’exploitation inférieures à la normale. Nos fournisseurs sont ouverts, et nous sommes maintenant et ne connaissons pas de perturbations. Les clients continuent de préférer des produits avec moins de fonctionnalités, poursuivant la tendance que nous avons observée l’année dernière, comme vous vous en doutez dans cet environnement.

Nos produits à prix moyen sont positionnés pour cette tendance. Malgré la baisse des tarifs de détail et des frais de publicité, nous continuons d’investir dans la recherche et le développement dans la région. Le développement de produits se poursuit en mettant l’accent sur l’élimination des coûts de nos nouveaux produits les plus populaires afin d’améliorer les marges de contribution. Le développement de produits est l’un des piliers de notre succès en Chine et nous nous engageons à investir dans les ressources d’ingénierie en Chine et dans le monde. Passez à la diapositive 13. Après la fermeture brutale de l’économie au premier trimestre, la Chine retourne lentement au travail. Bien que nous ayons vu les commandes d’avril et – s’améliorer progressivement depuis février et mars, il est trop tôt pour prédire si la récente amélioration est le résultat d’une demande modérée ou si les consommateurs reviennent lentement sur le marché. En Amérique du Nord, nous avons déjà connu des problèmes météorologiques en raison de conditions économiques difficiles, plus récemment lors de la récession de 2008. Cependant, avec un effet massif et brutal sur les emplois et les marchés finaux tels que les hôtels et les hôpitaux de restauration, il est difficile de prédire que cet état actuel du logement et de la fermeture d’État à État se comportera de manière similaire à la récession de 2008.

Bien que nous nous attendions à ce que notre activité de remplacement dans le chauffage de l’eau et les chaudières fournisse un tampon de la même manière que nous l’avons vu auparavant, l’impact sur la construction et les dépenses discrétionnaires et la fermeture de certaines activités sur le lieu de travail est difficile à prévoir d’ici la fin de 2020. En Inde, il est clair que nos objectifs seront interrompus d’ici 2020, lorsque le pays combattra COVID-19. Passez à la diapositive 14. Nous pensons qu’en particulier en ces temps incertains, A. O. Smith est un investissement convaincant pour plusieurs raisons. Nous détenons une part de marché de premier plan dans nos principales catégories de produits. Nous estimons que la demande de remplacement représente environ 85% des chauffe-eau et chaudières aux États-Unis. En Chine, nous avons une marque premium forte avec une large gamme de produits dans nos catégories de produits clés, une large distribution et une réputation de qualité et d’innovation dans la région. Au fil du temps, nous sommes en bonne position pour maximiser les données démographiques favorables en Chine et en Inde afin d’augmenter la valeur pour les actionnaires. Nous avons un flux de trésorerie et un bilan solides qui soutiennent la capacité d’investir à long terme avec des investissements dans les innovations d’automatisation et de nouveaux produits, ainsi que l’acquisition et le retour de trésorerie et le retour de trésorerie aux actionnaires. Nous continuerons à gérer de manière proactive nos activités dans cet environnement précaire, car nous avons vu émerger des tendances de la demande des consommateurs en Chine, où nous avons d’abord affecté la pandémie et maintenant en Amérique du Nord, alors que l’économie actuelle recommence à se rétablir après l’arrêt de l’économie. Nous avons une équipe solide qui a traversé avec succès les chutes précédentes. Je suis confiant dans notre capacité à nous exécuter à travers COVID-19.

Ceci conclut nos remarques préparées et nous sommes maintenant à votre disposition pour vos questions.

Questions et réponses:

Opérateur

[Operator Instructions] Et votre première ligne de question est Jeff Hammond avec KeyBance.

Jeff HammondKeyBanc – analyste

Hé, bonjour les gars.

Charles T. LauberVice-président exécutif et chef des finances

Bonjour pour.

Jeff HammondKeyBanc – analyste

Bonjour, bonne très bonne couleur en avril et tendances. Et je veux juste comprendre un peu mieux cette vente de billets en Chine. Est-il juste de dire que, comme au cours des cinq dernières semaines, la vente était conforme à l’année précédente? Et peut-être à quoi ressemble cette boîte lorsque vous pensez au deuxième trimestre pour la Chine par rapport à la forte baisse que vous avez constatée au premier trimestre?

Charles T. LauberVice-président exécutif et chef des finances

Oui, Jeff. Permettez-moi d’avancer à partir de janvier. Kevin a dit ceci à sa remarque que la moitié des ventes au premier trimestre était avant le Festival des Fêtes. Donc avant le 24 janvier, nous avions déjà 50% de nos ventes au T1. Février a été le plus faible. Séquentiellement, mars s’est un peu amélioré et nous avons vu avril s’améliorer un peu. Et c’est juste notre vente. Lorsque vous regardez la demande, ce que nous avons vu en avril, la demande approche d’une liquidation proche de ce que nous avons vu l’année dernière. Cela nous encourage donc. Et je pense que cela pourrait être une petite demande. Mais nous sommes encouragés par la façon dont il a commencé l’année dernière. Encouragé par cela et en plus de cela, je veux simplement revenir en quelque sorte sur la liste d’inventaire. Nous avons également vu les stocks de la chaîne diminuer légèrement au premier trimestre. Nous construisons donc vraiment sur demande et nous sommes satisfaits de l’équipe.

Jeff HammondKeyBanc – analyste

D’accord. Et puis en Amérique du Nord, il y a une grande différence entre les commentaires d’un chauffe-eau commercial et je pense que vous parlez de Lochinvar, mais il semble que vous vous attendiez à ce que Lochinvar remarque également une baisse. Pouvez-vous simplement distinguer les deux de ce que vous attendez?

Kevin J. WheelerPrésident, président et chef de la direction

Permettez-moi d’abord de prendre un côté du chauffe-eau en Amérique du Nord. Pendant que nous discutions de nos commandes, les logements ont un peu cédé en avril. Je ne lirais pas trop dans l’annonce maintenant en avril. Diminués de 30%, 35%, nous pensons que nos distributeurs équilibrent en quelque sorte les stocks. N’oubliez pas que leur plus gros investissement est en dollars dans nos produits commerciaux. Il y a donc probablement un certain équilibre à faire là-bas.

Quant à Lochinvar, Lochinvar a connu un très bon début d’année commerciale. Encore une fois, certains de ces emplois se trouvent à New York et dans plusieurs autres États qui ont été suspendus. Mais avoir un carnet de commandes solide est vraiment bien. Et nous voyons toujours une activité de cotation assez honnêtement décente. Alors que nous avançons à nouveau, je pense qu’il est encore trop tôt pour établir un chiffre sur ce à quoi ressemblera la nouvelle construction et quand ces emplois retardés seront libérés. Mais dans l’ensemble, nous aimons notre position alors que nous entrons dans le deuxième trimestre, puis nous devrons réagir lorsque nous verrons ce marché s’ouvrir. C’est très tôt maintenant.

Jeff HammondKeyBanc – analyste

D’accord, merci les gars. Je serai de retour en ligne.

Opérateur

Votre prochaine série de questions Matt Summerville avec D.A. Davidson.

Matt SummervilleD.A. Davidson – analyste

Jusque-là, Kevin pourrait-il simplement parler de ce que vous pensez des ventes d’avril dans une entreprise commerciale par opposition à la vente que vous avez indiquée? Et comment, après mon suivi, pouvez-vous parler de la façon dont un nouvel entrant sur le marché des chauffe-eau résidentiels plus tard cette année pourrait affecter la stabilité du marché ou non? J’aimerais que vous décidiez de cela.

Kevin J. WheelerPrésident, président et chef de la direction

Eh bien, je vous dirais que lorsque vous commencez à parler de l’Amérique du Nord et de la vente et de la vente, nous n’avons pas vraiment de bonnes données. Ce serait donc beaucoup plus spéculatif de ma part. Je crois toujours que le marché du remplacement à 85% restera et continuera. Mais la nouvelle construction est encore trop tôt pour que nous le sachions à nouveau, puisque j’ai mentionné que de nombreux emplois ont été suspendus et beaucoup d’activités dans le nord-est, etc. Je n’essaie donc pas d’éviter cette question. Seulement, nous n’avons vraiment pas la visibilité pour vous donner une réponse raisonnable.

Et comment tout cela se résume à un concurrent rentrant sur le marché plus tard cette année, comme nous l’avons vu A. A. Smith traite avec des concurrents depuis longtemps. Comme nous l’avons mentionné dans les appels précédents, nous avons des liens très solides avec nos distributeurs. Et comme mentionné dans les notes, elles remontent à des décennies. Pour être un joueur à temps plein sur ce marché, vous devez disposer d’une gamme complète de produits résidentiels et, en plus, d’excellents niveaux de service. Nous allons donc nous concentrer sur nous-mêmes au fur et à mesure que nous progressons et que nous continuons à faire et à fournir de la valeur à nos distributeurs comme nous l’avons fait au cours des dernières décennies.

Matt SummervilleD.A. Davidson – analyste

Je vous remercie.

Opérateur

Et votre prochaine série de questions Scott Graham avec Rosenblatt Securities.

Scott GrahamRosenblatt Securities – Analyste

Il est aussi grand que. Bonjour, Kenric GAAP oui, j’espérais juste qu’il y avait quatre 55 millions de dollars sur le curseur en Chine. Est-ce une hypothèse si simple que 25 millions de dollars tomberont dans le résultat opérationnel cette année?

Charles T. LauberVice-président exécutif et chef des finances

C’EST. C’est Scott. Lors de la conversation de janvier, nous avons parlé de 15 millions de dollars et nous l’avons augmenté de 10 millions de dollars.

Scott GrahamRosenblatt Securities – Analyste

Oui. Je vous ai compris. Et puis vous devez regarder chaque travail individuellement et définitivement en Amérique du Nord. Mais s’il y a une inquiétude particulière quant à la vitesse de publication des arriérés qui sont sur le marché afin qu’il puisse être relancé en totalité, je pense qu’il y a des doutes. Et je suppose que ma question est la suivante: cela vous empêche-t-il de prendre du retard et votre devis vous empêche-t-il peut-être de faire ressortir certains coûts structurels? Et peut-être encore plus large, en Amérique du Nord, quels sont les déclencheurs que vous pourriez chercher à devenir plus agressifs du côté des coûts en Amérique du Nord, encore plus large?

Kevin J. WheelerPrésident, président et chef de la direction

Permettez-moi de prendre un niveau élevé et je vais devoir me contenter de combler certaines lacunes ici. Mais si vous regardez, regardez, nous avons pu le faire et nous l’avons montré au cours de 2008 et de la récession afin que nous puissions adapter nos usines en conséquence. Et c’est un ensemble de compétences issues de la grande récession que nous utilisons encore aujourd’hui. Ainsi, cela affectera simplement la demande et nous ajusterons que ce soit dans notre chaudière ou dans la chaufferie. Et pour ce qui est des dépenses en ce moment au cours du trimestre, je pense que c’est assez raisonnable pour nous. Nous continuons de regarder la demande. Certaines des mesures que nous avons déjà prises réduisent le nombre de voyages en attente pour les voyages et les divertissements, mais nous n’avons pas apporté de changements structurels majeurs ni opté pour des changements structurels. Nous continuerons de l’examiner. Nous sommes prêts à exécuter si nécessaire. Mais nous ne sommes tout simplement pas dans cette position et continuerons de suivre la demande de nos clients à mesure que nous entrons dans le T2.

Charles T. LauberVice-président exécutif et chef des finances

Oui. Je veux dire, le déclencheur pour nous regarde vraiment cette demande. Quand je reviens à votre question sur l’arriéré, je pense que nous sommes heureux d’avoir l’arriéré. Nous aimerions que ce soit un peu plus prévisible lorsque nous l’expédierons, mais cela ne nous empêche pas de prendre certaines des mesures mentionnées par Kevin pour assumer une partie des coûts tout en examinant l’arriéré.

Opérateur

Votre prochaine série de questions de David McGregor avec Longbow Research.

David McGregorLongbow Research – Analyste

Oui, bonjour à tous. Juste une question, j’espère que vous allez bien.

Charles T. LauberVice-président exécutif et chef des finances

Oui toi aussi.

David McGregorLongbow Research – Analyste

Oui. Juste une question sur la Chine. Et je suppose que nous parlons depuis quelques trimestres du produit évolutif à prix moyen que vous avez introduit sur le marché chinois. Je suppose que je voulais relier cela un peu à ce que vous faites chez SG&A parce que vous faites évidemment des progrès en termes de résolution des problèmes SG&A. Mais dans la mesure où vous comptez de plus en plus sur le prix moyen, nous supposerons qu’il s’agit d’un segment de marché plus compétitif, ce qui se traduirait davantage par un support publicitaire. Et je me demande simplement si la migration vers une masse plus importante à un prix moyen vous limite en termes de ce que vous êtes capable de faire dans un SG&A flexible?

Charles T. LauberVice-président exécutif et chef des finances

Les produits que nous introduisons dans le prix supérieur au milieu nous aident vraiment en ligne. Comme vous pouvez vous y attendre au premier trimestre, nous avons vu notre activité en ligne faire un peu mieux que ce que nous avons vu dans le passé. Historiquement en ligne, 20% de nos activités l’année dernière; le premier trimestre de cette année approche les 30%. Et le modèle de vente est un peu différent en ligne après que vous ayez effectué une vente que nous l’avons fait sur la piste hors ligne. Donc, une sorte d’association avec des produits à prix moyen, et certaines des actions que nous prenons, regardez la trace de notre magasin. Donc, les 1000 magasins dont nous avons parlé sont un domaine que nous envisageons vraiment de magasins à faible efficacité essayant de mettre de côté certains coûts. Mais vraiment ces produits à prix moyen nous aident à la fois en ligne et en ligne et nous travaillons sur des projets de produits de réduction des coûts pour continuer à réduire les coûts.

Kevin J. WheelerPrésident, président et chef de la direction

Oui, j’ajouterais simplement que le coût de la vente en ligne est un peu inférieur à celui hors ligne. Et beaucoup des actions que nous prenons avec les magasins attireront une partie de cet investissement dans nos activités en ligne. Mais je ne vois pas cela comme un ajout supplémentaire à nos efforts de marketing. Je le regarde juste ressentir de la façon dont nous allons au marché.

David McGregorLongbow Research – Analyste

Y a-t-il une chance que nous puissions obtenir un certain rapport proportionnel de votre part par rapport au pourcentage de votre entreprise qui existe au prix moyen par rapport au type de prix hérité?

Charles T. LauberVice-président exécutif et chef des finances

Nous n’avons pas ce manuel de Split pour le moment. Je dirais que nous avons certainement vu un changement dans cet environnement vers des prix plus élevés et plus bas de produits avec des prix plus élevés. Mais nous n’avons tout simplement pas les chiffres exacts devant nous.

David McGregorLongbow Research – Analyste

D’accord. Et ma prochaine question concerne vraiment le traitement de l’eau de quelques chiffres assez impressionnants au cours de ce trimestre. Cette rentabilité améliorée est-elle vraiment juste en commençant à augmenter cette activité? Ou y a-t-il un problème avec la combinaison de produits ou le mix de canaux? Si vous pouviez simplement parler des progrès que vous avez réalisés dans le traitement de l’eau?

Charles T. LauberVice-président exécutif et chef des finances

Oui. C’est tout. C’est une échelle. C’est une amélioration du processus que nous avons connu. Une demande élevée aide toujours. La croissance organique de 17% des affaires l’améliore vraiment. Et nous sommes très satisfaits de l’ajout de Water-Right, car Water-Right a obtenu de très bons résultats pour nous et nous aide à atteindre une plus grande échelle.

David McGregorLongbow Research – Analyste

Je suppose que dans un tel environnement où l’on craint tellement que les dépenses discrétionnaires des consommateurs puissent répondre à une macro, voyez-vous quelque chose en avril qui vous ferait faire une pause?

Charles T. LauberVice-président exécutif et chef des finances

Non. En fait, dans nos notes, nous avons parlé du traitement de l’eau et nous avions en tête un très fort T1 et qui est vraiment passé à avril. L’eau propre est actuellement l’élément le plus important dans la conscience des consommateurs. Et lorsque nous avons l’occasion de le faire avec l’une des choses dans notre traitement de l’eau, nous avons plusieurs canaux sur lesquels nous nous plaçons. Et cela s’est avéré être un bon avantage pour nous en passant par le commerce électronique via un réseau de revendeurs qui offre ces opportunités à différents consommateurs qui ont très bien joué au premier trimestre et nous pensons qu’il sera joué ci-dessous comme au deuxième trimestre.

Opérateur

Prochaine ligne de Robert McCarthy avec Stephens.

Robert McCarthyStephens – analyste

Hé, bonjour à tous. Nous ne sommes que des radiateurs et. D’accord. Eh bien, je suppose que d’abord en Chine, vous pourriez simplement parler et renforcer certains de vos commentaires existants sur les mesures de coûts que vous avez prises et le récit au cours du dernier semestre de l’année dernière et les mesures de coûts supplémentaires que vous avez prises maintenant et comment cela a-t-il changé ou accéléré? Quelle est la différence? Et puis, y a-t-il des détails concernant la marge négative que vous avez établie ce trimestre qui pourraient nous donner une meilleure idée des composantes de la perte, parce que c’est une perte assez importante?

Charles T. LauberVice-président exécutif et chef des finances

Oui. Alors permettez-moi de commencer par les actions de coût. Et je prendrai cela par catégorie. So headcount reduction when we were on January’s call we talked about the fact that we were targeting 20% to happen through the first half of the year. We’ve achieved that 20% and we’re looking at some further headcount if necessary. So we’re looking very closely at headcount as well as watching the consumer demand. We’ve really increased our selling and our advertising expense. So the increase there is with the 1000 stores and we’re looking at our footprint we’re kind of we’re targeting to take out further selling in online or I’m sorry in off-line and off-line infrastructure costs.

Robert McCarthyStephens — Analyst

Okay. And then I guess as a follow-up on just the cash flow statement could you just give me a sense of what’s really been the change in current asset liabilities for three months 2020 versus 2019 just give me some complexion around the conversion there in terms of what’s going on in inventories and the receivables?

Charles T. LauberExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Yes inventories are up slightly. I’d say the biggest swing in cash flow is just some timing of some volume incentive payments that occurred in the first quarter last year that will occur in the second quarter this year. Let me go back to China for a second because you mentioned about the I think you’ve mentioned it was a pretty large decrement. The volume really matters in China when you get to that level. So we’ve been kind of consistently talking about when volume goes down using a 50% decrement. And I think it falls in line pretty close to that. Q1 was not much time for the China team to react. Q1 was very abrupt kind of leaving the spring festival holiday for the Chinese New Year expecting to be back in a week and not returning for several weeks.

So reacting on cost in Q1 was quite difficult particularly paying employees and doing all the right things that we did for safety. So it was not easy to make quick actions or take quick action in Q1. But the 50% decrement hold held pretty true in Q1. We curtailed all the advertising that we could in promotions because it just didn’t make sense to promote while people were not in the retail environment. So as I mentioned earlier Q1 50% before the festival and then sequentially better. So we’re watching the orders in April very closely and we’re going to watch as we go into May to see kind of what we can expect as the year progresses.

Operator

And your next question line of Ryan Connors with Boenning and Scattergood.

Ryan ConnorsBoenning and Scattergood — Analyst

Great, thanks for taking my question. Hope you’re all well.

Charles T. LauberExecutive Vice President and Chief Financial Officer

All right, thanks.

Ryan ConnorsBoenning and Scattergood — Analyst

Yeah. I wondered if you could talk about the impact of all this on your channel partners and sort of the channel inventory situation in North America? I mean many of your distributors are small businesses certainly the professional plumbers that they serve are small businesses. So presumably their financial wherewithal to hold inventory may have been compromised in many cases. So how does that impact you? Will there be some requirement that you utilize more of your balance sheet to finance inventory going forward? Or any thoughts on that?

Charles T. LauberExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Oui. So many of our customers are also essential businesses in today’s environment and continue to operate. We know that their volumes are lower because they’ve had to adjust to curbside pickup in some cases and other scenarios which has hurt their business. Certainly water heaters are a very important part of their business also a very important part of the replacement business. So that’s more steady than some of the other discretionary spending that people would have for the other products that they carry. We’re watching it close. If you go back to kind of the recession and use that as our experience level we saw very very little interruption during the recession. We would hope and expect that some of the smaller distributors or customers that we serve would have been able to get some assistance through the government programs that are out there. But we’re watching it very close. At this point in time we haven’t seeing any indications of any slow up or any issues in our channels but we certainly are watching it close.

Ryan ConnorsBoenning and Scattergood — Analyst

Okay. So you don’t see any structural change in terms of the you’re having to hold more inventory at your level as opposed to the inventory capability of the channel itself.

Kevin J. WheelerChairman, President and Chief Executive Officer

Oui. This is Kevin. If anything from ’08 when the Great Recession hit there’s been even more consolidation to some of our larger customers over that decade or so. And quite frankly these are the same customers that navigated through the Great Recession. And they basically almost every one of our customers has been deemed essential and their customers have been deemed essential so plumbers and so forth. Yes some sales are down but there’s been we’ve had to make no really adjustments to the way we do business with them other than making sure that they have product to serve the consumer and the commercial entities when necessary. And they’ve been navigating through it pretty well. And again we stay close to them. Our sales force is virtually talking to them on a pretty regular basis. But yes as a whole I think I would be very comfortable saying most of our distributors and retailers and even our dealers are navigating through this current environment. And again we’ll have to see how it plays out the rest of the year. But for the most part everybody’s doing business a modified business but nothing exceptionally different.

Operator

Your next question line of Susan Maklari with Goldman Sachs.

Susan MaklariGoldman Sachs — Analyst

Good morning.

Charles T. LauberExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Good morning.

Susan MaklariGoldman Sachs — Analyst

My first question is can you talk a little bit to the decremental margins in North America? And especially as we think about it from a residential perspective as well as the commercial just given the varying trends that you talked to there?

Charles T. LauberExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Oui. I mean when we look at the margin the decrement incremental and decremental margins is about 30% roughly on the residential side. Commercial would be a bit higher. This is a little different right because some of this disruption is pretty abrupt. Some of it’s stop start. Some of it is a little bit more costly but that’s ballpark.

Susan MaklariGoldman Sachs — Analyst

Okay. That’s helpful. And then following up on that you mentioned that the rate of declines that you saw during the housing downturn in 2008 can you talk to the mix shift that you also see with that? And maybe how you’re thinking about mix shift in the U.S. coming through as we exit the virus and get into more of a recessionary period?

Charles T. LauberExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Back in that time I don’t believe we saw much of a mix shift at all. There may have been a slight depending upon where the housing was located. Typically some of the stronger markets are our electric markets currently when you go to Florida and some of those other geographic areas. But we just we wouldn’t expect a significant mix shift. It’s typically a like-for-like exchange on the water heater side on the residential side.

Operator

And your next question line of Saree Boroditsky with Jefferies.

Saree BoroditskyJefferies — Analyst

Good morning. Thanks. Taking my question. So you talked about the impact from construction site closures on commercial water heaters and boilers. Could you just provide any color on what you’re seeing in regions with extreme shutdowns in North America such as the Northeast versus regions that are less impacted by the shutdowns?

Kevin J. WheelerChairman, President and Chief Executive Officer

Oui. I would tell you this is Kevin. We’re seeing it you just said up in the Northeast New York that area took aggressive measures to shut down a lot of their job sites. We’re seeing some of that on the West Coast as well in California. And so those are the areas and quite frankly we’re starting to see some of those start to be released and coming back to work. But it was very regional and particularly very heavy in the areas as you would expect like New York where the COVID-19 was having a serious impact.

Saree BoroditskyJefferies — Analyst

Is there any way to quantify the decline seen there versus some other regions so we can kind of get a sense of what underlying demand could be versus COVID-19 impacts?

Kevin J. WheelerChairman, President and Chief Executive Officer

I don’t think we can get that granular with you as far as again as we’ve talked about even our backlog that we have which is a nice backlog those dates continue to move. We stay in contact with our customers and our buy/sell reps to kind of get the best view going forward. But it’s really early. Until these key markets really open up not just gradually open up we’re going to need to see some kind of run rate here before we can really give you a definitive response.

Operator

Your next question line of Nathan Jones with Stifel.

Nathan JonesStifel — Analyst

Good morning, everyone.

Charles T. LauberExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Good morning.

Nathan JonesStifel — Analyst

Lee. So it’s a follow-up to a comment you made I think it was to Rob’s question about reacting on costs in China and how difficult that was due to the abruptness of the shutdown and that it happened so quickly. Could you contrast that with your ability to adjust the cost structure in North America depending on what we see going forward here?

Charles T. LauberExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Oui. The biggest contrast in my mind is that we wouldn’t expect that big of a drop in North America because of the replacement business being a larger percentage of the business in China. So I want to just kind of start with that statement. And we’ve got a little bit more flexibility probably when you look at some of the programs that Kevin outlined as we go forward to make adjustments. So that would probably be our ability to maneuver a little quicker. In China we made we paid everybody 100% in Q1 a very difficult restart. The country was pretty hard closed for a longer period of time. And we’re going to have I mean we’ll have to see what happens in the U.S. Hopefully we won’t experience resurgence. And hopefully that we’ll see the country continue to open up.

Nathan JonesStifel — Analyst

Okay. That’s helpful. And then a question on cash flow. Working capital for the remainder of the year would you assume that that’s going to be a source of cash 2Q through 4Q? And any guidance you can give us on what you think the kind of cash conversion numbers are going to look like for 2020?

Charles T. LauberExecutive Vice President and Chief Financial Officer

I’m not going to frame it from an amount but working capital we’re not going to pressure our pressure inventory is a great deal right now in this environment. We’re going to make sure we’re carrying inventories adequately to cover our needs. We may even increase a bit in certain areas where we would like to make sure we’ve got safety stocks. In China we would expect that there would be some growth because we’ve got expectation that we’re going to see a little bit of growth over the course of the year. So not a firm number but working capital I wouldn’t expect a lot of help on working capital for the back half of the year but we’ll watch it closely.

Operator

And your next question comes from the line of Robert McCarthy with Stephens.

Robert McCarthyStephens — Analyst

Sorry I was a glutton for punishment. So I guess the next question is maybe you just comment qualitatively. I know historically your gross margin in China has always been higher than North America even with the price increases we saw serially over the last four or five years. But clearly given what you’ve been seeing now I mean can you structurally still make that statement? Or are we starting to see some material dilution in the gross margin in China?

Charles T. LauberExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Well Q1 the gross margin in China was lower than our historical 40%. So Q1 certainly was there’s a couple of things driving it. It’s the dramatic volume shift that’s number one and the cost associated with that. And this we’ve been talking about some of the mid-price pressure on margin. We’ve introduced a lot of mid-priced products or a number of upper mid-priced products that we’re very very happy about that are being well received. However we’ve got some cost-out programs that are still yet to come on a couple of those. So I mean when you look at Q1 yes China actually was lower than our historical average gross margin gross profit.

Robert McCarthyStephens — Analyst

And do you think it’s still credible? I mean because I think you’ve been talking about the replacement cycle in China developing over time. And obviously up until 18 months ago you just had an incredible success story in China. But you talked about the replacement market kind of developing and I think the replacement market maybe if memory serves is in the I don’t know 40% to 50% maybe 40% of the market as of I don’t know 12 to 18 months ago. But given the intervention of this midsized product and what’s going on I mean isn’t it suffice to say that perhaps you’re going to take a pause here? Or is it even the right thing to think about a replacement market when you have this kind of switching to a lower priced product?

Kevin J. WheelerChairman, President and Chief Executive Officer

Well I’ll do my best to try to answer that. One the replacement market is about 40% to 50%. So you’re in line there. And 50% is in the Tier one Tier two cities and you get out in the other lower-tier cities it’s about 40%. And again I would go back to we still have again products from mid-price up to premium. We continue to drive both sides of the business and bringing new products to market both in gas electric and of course water treatment. But on the water heater side there is a strong preference for like-for-like and that’s no different than in the U.S. If you take out a product you’re probably leaning toward putting one similar in. So the way I look at the replacement market it’s again it’s a nice buffer for us that we’re not relying on new constructions and so forth. And we think it’s going to be today it’s 50% we believe it’s going to be a real advantage for us as that continues to grow throughout the year. So I don’t see the mid-price point and the premium price point at odds with each other. They’re just serving different types of consumers.

Operator

And there are no other questions. I will now turn the call back over to Patricia Ackerman.

Patricia K. AckermanSenior Vice President Investor Relations, Treasurer, and Corporate Responsibility and Sustainability

Thank you ladies and gentlemen for joining us today. That concludes our session and have a great day.

Operator

[Operator Closing Remarks].

Duration: 50 minutes

Call participants:

Patricia K. AckermanSenior Vice President Investor Relations, Treasurer, and Corporate Responsibility and Sustainability

Kevin J. WheelerChairman, President and Chief Executive Officer

Charles T. LauberExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Jeff HammondKeyBanc — Analyst

Matt SummervilleD.A. Davidson — Analyst

Scott GrahamRosenblatt Securities — Analyst

David McGregorLongbow Research — Analyst

Robert McCarthyStephens — Analyst

Ryan ConnorsBoenning and Scattergood — Analyst

Susan MaklariGoldman Sachs — Analyst

Saree BoroditskyJefferies — Analyst

Nathan JonesStifel — Analyst

More AOS analysis

All earnings call transcripts


AlphaStreet Logo





Source link