Catégories
Uncategorized

Accord de 25 ans sur les ressources accordé pour le rejet des eaux usées traitées par Levin


Le conseil du district de Horowhenua a obtenu un consentement de 25 ans pour rejeter les eaux usées traitées vers la terre à The Pot.

Warwick Smith / Stuff

Le conseil du district de Horowhenua a obtenu un consentement de 25 ans pour rejeter les eaux usées traitées vers la terre à The Pot.

Un consentement de 25 ans a été accordé pour la poursuite de l’utilisation de l’un des rejets d’eaux usées originaux de la Nouvelle-Zélande.

Les eaux usées traitées de Levin sont rejetées dans le sol à The Pot, une plantation de pins et de forêts indigènes de 110 hectares à 7 kilomètres de Levin dans le bassin versant de Waiwiri.

La demande a été déposée en 2018 et le nouveau consentement accordé est le résultat de deux années d’enquêtes sur les effets environnementaux des rejets dans le sol.

Une audience a débuté en octobre de l’année dernière et la décision finale a été prise en juin de cette année.

LIRE LA SUITE:
* Les taux de Horowhenua diminueront de 1,83%
* La station d’épuration régionale de Nelson consent à 20 ans
* Une usine d’assainissement régionale plaide pour continuer à fonctionner

Le comité d’audience a noté un engagement important entre les auteurs et le conseil dans sa décision d’appuyer le consentement.

«Nous félicitons le demandeur pour sa volonté de travailler aux côtés des soumissionnaires, en particulier les tangata whenua en tant que partenaires du traité, et l’accord conclu avec les trois hapū de Ngāti Raukawa, la Muaūpoko Tribal Authority et le Muaūpoko Land Trust en témoigne fortement.»

Il a déclaré que la relation des Maoris et de leur culture et de leurs traditions avec leurs terres ancestrales, l’eau était à la fois reconnue et prévue dans cette décision.

«De plus, nous considérons que l’accord conclu entre la tangata whenua et le demandeur en ce qui concerne les conditions du consentement est une expression de Tino Rangatiratanga tel qu’envisagé par les principes de Te Tiriti o Waitangi.»

Le maire Bernie Wanden a déclaré que la décision a apporté une certitude à la communauté et est intervenue après un engagement approfondi avec les propriétaires fonciers, Ngāti Raukawa, Muaūpoko et la communauté au cours des six dernières années.

Le chef de la direction du conseil du district de Horowhenua, David Clapperton, a déclaré que le processus de consentement faisait partie d’un programme plus large portant sur la gestion actuelle et future des eaux usées de Levin.

Il a déclaré que le conseil était fier de montrer la voie en matière de rejets terrestres et visait à ce que tous les rejets d’eaux usées traitées atterrissent dans quelques années.

Le consentement était assorti de conditions, notamment une exigence d’améliorations continues pour le ruisseau Waiwiri.

Cela a donné lieu à des opportunités de recherche et à des programmes de travail, notamment un partenariat entre le conseil et le ministère de l’Environnement qui a cherché à déterminer si l’irrigation des eaux usées sur manuka / kanuka améliorerait la qualité de l’eau.

Le conseil travaillait également avec un étudiant au doctorat de l’Université Massey pour comprendre comment les eaux souterraines pourraient être améliorées à l’aide de copeaux de bois et un groupe iwi utiliserait le site pour rechercher et développer des techniques de surveillance traditionnelles afin d’évaluer et de surveiller les changements de qualité de l’eau.

Parmi les autres initiatives, mentionnons une surveillance environnementale supplémentaire; réhabilitation d’une zone humide précédemment drainée et création d’une nouvelle zone humide; établissement d’une végétation indigène; replantation de pins; et l’établissement d’un programme de captage pour améliorer la qualité de l’eau dans le ruisseau Waiwiriri.



Source link